L'université allemande des Sciences Appliquées de la Sarre associée à Restaurons Notre-Dame

Paris, 11 avril 2021 - L'université des Sciences Appliquées de la Sarre (HTW Saar) en Allemagne est associée étroitement au programme scientifique et universitaire initié par l'association Restaurons Notre-Dame (rND). Le 18 février dernier, les élèves étudiants de maîtrise en génie civil du HTW Saar ont exposé leur présentation sur la reconstruction de Notre-Dame au Comité d'experts de ce programme universitaire.


Une collaboration universitaire ancienne avec deux Grandes Ecoles françaises : l'ENSA de Nancy et l'ENSTIB d'Epinal

Le projet est né de la collaboration avec l'École nationale supérieure des technologies et industries du bois d'Épinal, école d'ingénieurs en construction en bois renommée. « Nous participons au concours international de construction en bois Défis du Bois depuis des années. Il a été initié par mon prédécesseur, le professeur Köehler et je le gère depuis 2016. Chaque année, je participe à l'atelier avec quelques étudiants », explique le professeur Dr.-Ing. Gudrun Djouahra, vice-doyen de la faculté d'architecture et de génie civil. Il en est résulté la participation au projet « Restaurons Notre Dame », mais aussi du projet de recherche actuel de Gudrun Djouahra dans l'église du château de Sarrebruck, dans lequel le climat intérieur est examiné.


Les futurs ingénieurs civils Braun et Friedrich s'occupent de la structure de la toiture détruite de la cathédrale Notre-Dame de Paris sous la direction du professeur Gudrun Djouahra et du professeur Klaus-Dieter Köehler. Le sujet de sa thèse de maîtrise comprend « Les effets gravitaires et climatiques sur la charpente de Notre Dame », en anglais « Influence of charges and building physics / clim on the support structure of the roof structure of Notre Dame ».


Dans son mémoire de maîtrise «La simulation hygrothermique de la charpente de la toiture de Notre-Dame de Paris», Natali Braun aborde la question de la réaction du bois de la charpente du toit à la température et à l'humidité. Le mémoire de maîtrise de Tim Friedrich « Etudes paramétriques des effets de charges sur la charpente en bois de Notre-Dame » examine quant à lui les charges que la charpente doit supporter ...


La future toiture, charpente et flèche examinées dans le contexte du changement climatique

Dans le projet de maîtrise Notre-Dame-de-Paris, Tim Friedrich examine la structure en bois de la toiture. La structure de Notre-Dame a tenu plus de 850 ans. Pour que la reconstruction puisse survivre à des périodes similaires, il faut répondre à de nouvelles questions, telles que la question de savoir si et comment l'énergie résultants des vents va changer en raison du changement climatique. " Ensuite, nous avons examiné comment nous devions augmenter le volume en bois de sorte qu'une charge de vent plus élevée puisse être détournée ou portée par le toit, si cela devait devenir un problème."


Lors de la rénovation d'une toiture dans un bâtiment ancien, la question de l'isolation se pose souvent. Natalie Braun ne peut pas le recommander pour le monument parisien en raison de la construction en bois. « Un climat trop sec est mauvais pour le bois car il peut provoquer diverses altérations », explique-t-elle. « Une humidité trop élevée est mauvaise car la croissance des champignons et des moisissures est favorisée. La zone dans laquelle le bois fluctue avec une variante isolée est beaucoup plus grande qu'avec une variante non isolée. "



Reportage sur les travaux de l'Université des Sciences Appliquées de la Sarre (HTW Saar) dans le cadre du programme universitaire "Restaurons Notre-Dame" (Armediathek.de).


Autres sources médias :


20 Février 2021: SR.de (Allemagne) : Ideen von Saar-Studenten für Notre-Dame-Wiederaufbau

​22 Février 2021: IDW (Allemagne) : Bauprojekt von Weltrang: htw saar Studierende helfen mit beim Wiederaufbau von Notre-Dame


335 vues